Pourquoi l'île Maurice ?

Quelques repères

  • Localisation : 2,400 km de la cote Sud-Est de l’Afrique
  • Superficie : 1,865 km² - Longueur : 65 km - Largeur : 48 km
  • Agriculture : 74,000 ha (41%)
  • Forêts et pâturages : 46,000 ha (24%)
  • Réservoirs, marais & terres rocailleuses : 2,900 ha (2%)
  • Surfaces construites : 49,000 ha (26%)
  • Zone économique exclusive marine : 1,9 million km²
  • Plus haut sommet : Piton de la Rivière Noire (826 m)
  • Chutes d’eau : Chutes du Rochester (90 m) & Chutes de Tamarin (250m)
  • Climat : Sous-tropical, températures variant entre 21°C et 34°C
  • Fuseau horaire : GMT + 4 heures
  • Capitale : Port-Louis
  • Population : 1,2 millions de personnes d’origine indienne, chinoise, européenne et africaine dont population active : 606 810 personnes (source Banque Mondiale)
  • Langues principales : l’anglais (langue officielle), le français et le créole

 

LA SITUATION ECONOMIQUE DE MAURICE

Maurice : championne africaine du monde des affaires  

Souvent présentée comme étant un exemple en Afrique, l'économie mauricienne est l’une des plus compétitives. Dans son classement annuel « Doing Business 2018 », la Banque mondiale positionne toujours Maurice au 1er rang au niveau africain. Le pays se classe ainsi à une belle 25ème place mondiale sur 189 pays recensés, contre le 49e rang lors de la précédente édition.

Selon Statistics Mauritius, le taux de croissance de l’économie mauricienne devrait se rapprocher de 4 % en 2017. La progression n’aura donc été que de 0,1 point de base passant de 3,8 % en 2016 à 3,9 % (PIB réel aux prix du marché). 

Maurice est un « pays à revenu intermédiaire », en tranche supérieure.
Il s’est fixé comme objectif d’accéder au statut de « pays à revenu élevé » d’ici à 2025. Maurice fait partie d’un groupe restreint de pays qui sont sortis de la pauvreté en moins de trente ans. En 2016, le PIB (Produit Intérieur Brut) de Maurice s’est élevé à 12 milliards de dollars, soit environ 9 885 dollars par habitant.  

Le taux de chômage est estimé 7,1% de la population active (621.000 estimation 2017 – soit approximativement 47 200 demandeurs d’emplois répertoriés). Le chômage touche particulièrement les femmes, les jeunes et les moins diplômés. A l’inverse, certains secteurs comme l’informatique et l’externalisation de services sont confrontés à une pénurie de main d’œuvre qualifiée.

Une économie diversifiée, ouverte et tertiaire

Depuis son indépendance, l’économie mauricienne est passée d’une économie principalement agricole, centrée sur la production de sucre, à une économie diversifiée tournée vers le secteur tertiaire, notamment le tourisme, la finance et l’externalisation de services. 

Répartition du PIB mauricien - 2014-2017
source: Statistics Mauritus

 

Répartition du PIB par secteurs et par activités clefs

Les principaux secteurs d'activités

Le commerce international

Maurice est membre de l’Organisation des Nations Unis, de l’Union africaine et bénéficie d’un accord spécial avec l’Union européenne dans le cadre de la convention de Lomé (renouvelée pour 20 ans à Cotonou en 2000), signée par les pays d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (pays ACP). Maurice est également membre de la Commission de l’Océan Indien (COI), du COMESA (Marché commun de l’Afrique orientale et australe) et de la SADC (Communauté de développement de l’Afrique australe), ce qui lui permet de bénéficier d’accords préférentiels aux marchés de l’Afrique australe et orientale. En sus de ces accords, Maurice a signé de nombreux accords de non-double imposition afin de développer son centre financier.

Les relations France-Maurice

Il est important de noter que l’ile Maurice et la France sont liées par une convention fiscale qui a été signée le 11 décembre 1980 et ratifiée le 17 septembre 1982

En 2017, les échanges commerciaux entre la France et l’Ile Maurice  ont connu une hausse significative de 37,2 % pour un montant total de 863MEUR. Les exportations françaises ont augmenté de 60 % sur un an pour atteindre 559 MEUR, une hausse qui s’explique principalement par la livraison de 2 aéronefs A 350-900 à Air Maurice. Hors aéronautique, nos exportations se sont accrues de 5,1% en 2017 à 368 MEUR tirées principalement par les produits industriels pour un total de 174 MEUR (+8,6%) et agroalimentaires pour un montant de 76 MEUR (+18%). Avec un volume de 309 MEUR en 2017, les importations françaises en provenance de Maurice ont enregistré une hausse de 7,7% par rapport à 2016 (287 MEUR).
 
Au cours des dix dernières années, le solde des échanges commerciaux franco-mauricien est structurellement favorable à la France et ce, pour un montant annuel moyen l’ordre de 65 MEUR. En 2017, on enregistre donc un excédent record de 250 MEUR, tendance qui devrait se poursuivre au cours des trois prochaines années en raison de la fourniture de nouveaux aéronefs. 

Comparé au reste de l’Afrique subsaharienne, Maurice apparaît comme un partenaire commercial d’importance croissante pour la France. Vu de Maurice, la France était en 2016 sont 3ème fournisseur (après l’Inde et la Chine) et son 2ème client (après le Royaume-Uni). En 2017, les importations en provenance de Maurice ont représenté 0,12 % des importations françaises et les exportations vers Maurice, 0,1 % de nos  exportations totales. Parmi les pays de l’Afrique subsaharienne, 5,1% des exportations françaises vers cette zone étaient à destination de Maurice et 3,8 % des importations provenaient de cette économie insulaire. Maurice se classe comme le 7ème partenaire commercial de la France en Afrique subsaharienne, derrière notamment le Nigéria, l’Afrique du Sud,  la Côte d’Ivoire, le Cameroun, Madagascar et l’Ethiopie et devant le Sénégal et l’Angola. Maurice représente également le 10ème excédent commercial français en Afrique subsaharienne.

Les échanges entre La Réunion et Maurice (34 MEUR en cumulé) restent fortement déséquilibrés au profit de cette dernière (29 MEUR pour les importations réunionnaises en provenance de Maurice soit un montant similaire celui de 2016 et 7 MEUR pour les exportations réunionnaises à destination de Maurice en hausse de 13%).
 

Partager cette page Partager sur FacebookPartager sur TwitterPartager sur Linkedin

Fermer

FBC Insights