Investir à Maurice

Quelques repères

C’est dans le cadre de sa mission d’appui aux entreprises membres, et avec le soutien du Board of Investment,que la Chambre de Commerce et d’Industrie France Maurice édite le guide de l’investisseur. Ce guide constitue un outil d’aide et s’inscrit dans la stratégie d’information de la CCIFM pour répondre aux besoins de ses membres et futurs investisseurs. En effet, premier bailleur bilatéral de fonds de Maurice, la France est un partenaire commercial privilégié ainsi que le premier investisseur étranger, avec plus de 400 millions d’euros investis dans les secteurs les plus divers (télécommunications, construction, distribution, finance, hôtellerie, technologie, prestations de services, énergie…).

Ce guide s’attache ainsi à réunir, dans un seul et même document, un ensemble d’informations pour mieux connaître et comprendre Maurice dans son environnement qu’il soit institutionnel, juridique, fiscal ou en cas de création d’entreprise.

Pour aller plus loin dans le recueil d’informations, et ainsi répondre aux attentes particulières de chacun des lecteurs, des adresses et liens sont indiqués à la fin de chaque chapitre.

 

  •  Localisation : 2,400 km de la cote Sud-Est de l’Afrique
  • Superficie : 1,865 km2 - Longueur : 65 kms - Largeur : 48 kms

    • Agriculture : 86,500 ha (46%)
    • Forêts et pâturages : 57,000 ha (30%)
    • Réservoirs, marais & terres rocailleuses : 2,600 ha (1%)
    • Surfaces construites : 36,400 ha (19%)
    • Zone économique exclusive marine : 1,9 million km2
    • Plus haut sommet : Piton de la Rivière Noire (826 m)
    • Chutes d’eau : Chutes du Rochester (90 m) & Chutes de Tamarin (250m)

  • Climat : Sous-tropical, températures variant entre 21 et 34 degrés
  • Fuseau horaire : GMT + 4 heures
  • Capitale : Port-Louis

  • Population : 1,2 millions de personnes d’origine indienne, chinoise, européenne et africaine

    • dont population active : 541 000 personnes

  • Langues principales : l’anglais (langue officielle) et le français
  • Maurice est une démocratie stable. Des élections libres y sont régulièrement organisées et les droits de l'homme y sont respectés.
  • La Banque Mondiale classe Maurice parmi la quinzaine d’économies qui sont passées de la catégorie « faibles revenus » à celles de « revenus moyens ». Maurice fait donc partie d’un groupe restreint de pays qui sont sortis de la pauvreté en moins de trente ans.


To top

Une situation géographique stratégique : Portail entre l’Asie et l’Afrique

Après avoir créé un réseau de zones franches, Maurice a adopté le concept "d’entreprises orientées vers l’exportation“, localisées sur tout le pays et qui bénéficient de franchises douanières, un pas de plus vers le concept “Maurice zone hors taxe“. Les grands travaux d’extension du port maritime pour accroître à la fois le trafic de marchandises et l’accueil de passagers en croisière ainsi que l’agrandissement en cours de l’aéroport vont renforcer l’ouverture du pays sur le monde

Au niveau des échanges extérieurs, les importations progressent plus rapidement que les exportations en raison notamment de l’accroissement des factures pétrolière et alimentaire. Pour 2010, les importations représentaient plus du double des exportations (4,5 milliards de dollars contre 2,1 milliards). Les importations viennent principalement de l’Inde (22% en 2010), la Chine (13%), l’Afrique du Sud (8%) et la France (8%). Plus de la moitié des exportations vont vers l’Europe (Royaume Uni : 22%, France : 17%).

La balance des paiements est équilibrée grâce à un solde positif des activités de services et des investissements étrangers. Le pays dispose de réserves en devises confortables (2,4 milliards de dollars à fin 2010) et son endettement extérieur est limité (il s’élève à 12 % du PNB).

Si Maurice a obtenu des succès remarquables en matière de développement, il lui reste encore plusieurs défis à relever : déficiences d’une partie des infrastructures (transports, approvisionnement en eau), manque de main d’œuvre qualifiée et stable, niveau des salaires resté relativement bas (le salaire mensuel moyen est estimé à 465 dollars en 2010), disparités importantes de revenus et persistance de zones de pauvreté.

Les secteurs économiques traditionnels de l'Ile Maurice

Longtemps activité quasi unique de l’île, la culture sucrière continue d’occuper 89% des sols cultivés, mais elle représente seulement 12% des exportations (2010) et contribue pour 2% au PNB. Le protocole sucrier de la Convention de Lomé avec la Communauté Européenne, qui permettait d’exporter depuis 1975 la quasi-totalité de la production de sucre brut vers l’Europe à un prix largement supérieurs aux cours mondiaux a en effet été terminé en 2009. Le secteur met donc en place une diversification : raffinage du sucre sur place, production de rhum, éthanol... L’extension des cultures vivrières aux dépends des surfaces plantées en canne devrait permettre une meilleure indépendance alimentaire. Par ailleurs, une partie des terres sucrières est affectée à des projets immobiliers.

Autre activité traditionnelle de l’île, la pêche voit son importance décroître en raison du dépeuple- ment des lagons, ce qui n’a pas empêché une solide industrie de transformation de produits de la mer, thon principalement, de voir le jour en utilisant largement des produits importés. En 2010, le secteur pêche et transformation de produits de la mer a représenté 16% des exportations.

Créée à la fin des années 70 pour employer une main d’œuvre abondante, l’industrie textile fut le second pilier du développement économique de Maurice. Elle a longtemps bénéficié de conditions favorables d’exportation vers l’Europe et les Etats-Unis grâce à l’Accord sur les Tex- tiles et Vêtements qui lui a octroyé jusqu’en 2005 un accès privilégié aux marchés européen et américain. L’industrie textile continue toutefois à occuper le premier rang des exportations (43 % en 2010) et emploie plus de 10% de la main d’œuvre active tout en contribuant pour plus de 5% au PNB. Il semble que la pérennité du secteur repose sur une amélioration de la valeur ajoutée et une spécialisation vers les circuits courts.

Le tourisme a été développé progressivement sur les trente dernières années ; il est aujourd’hui le premier apporteur de devises, contribue pour près de 10% au PNB et occupe environ 6% de la population active. Avec 112 hôtels et 25 000 lits, recevant chaque année plus de 900 000 touristes, Maurice est devenue une destination privilégiée dans le monde. Le secteur reste toutefois vulnérable aux aléas conjoncturels, aux variations de capacités d’acheminement aérien ainsi qu’à l’appréciation de la roupie mauricienne qui le rend moins compétitif par rapport à d’autres destinations

Les secteurs économiques nouveaux ou émergents de l'Ile Mauirce

Accompagnant la croissance économique, le système bancaire qui était centré initialement sur quelques établissements locaux, s’est progressivement étoffé et comprend aujourd’hui 20 banques. La présence d’une bourse des valeurs active et la création récente d’un marché de dérivatifs sur matières premières et devises font de Maurice une place financière à part entière. Les activités d’assurance se développent.

Par ailleurs grâce à sa stabilité politique, une législation appropriée et la présence de nombreuses conventions fiscales, Maurice a développé une activité de domiciliation de sociétés off-shore. Elle en abrite actuellement plus de 25 000, dont une large partie est orientée vers l’Inde (présence d’un traité fiscal favorable). Au total, la contribution du secteur financier épargné par la crise de ces dernières années représente 10% du PNB mauricien.

Sans être encore la « cyber-île » qu’elle souhaite devenir faute d’un volume suffisant de personnel adéquatement formé et d’infrastructures techniques pleinement performantes, Maurice a réalisé des avancées importantes dans le secteur de l’informatique (conception de logiciels) et du Business Process Outsourcing (centres d’appel et de services à distance...). En croissance de plus de 16% par an depuis 2004, ces activités contribuent déjà pour environ 6% au PNB et constituent un axe de développement privilégié.

Le pays a retenu plusieurs autres pôles de diversification : construction de résidences de luxe destinées à une clientèle internationale, projet chinois de créer une plateforme d’échanges vers les pays africains, tourisme médical, constitution d’un « knowledge hub ».

 

 

Nos partenaires

  • Ambassade de France
  • Banque des Mascareignes
  • Board of Investment
  • Chambre de Commerce et d'Indusrie de Maurice
  • Club Export Réunion
  • Confident Asset Management
  • Eco Austral
  • Expat Blog
  • Institut Français de Maurice

La Soirée Anniversaire des 10 ans de la CCIFM

  • ACFAO
  • Banque des Mascareignes
  • Brinks
  • GRAYS
  • Mauritius Telecom

Tournoi Multisports 2016 - Nos Master Sponsors

  • MAURITIUS TELECOM
  • SIRUD

TOURNOI MULTISPORTS 2016 - NOS SPONSORS

  • Banque des Mascareignes
  • Beachcomber
  • Bricomax
  • C
  • CFAO
  • Canal +
  • Flexeos
  • LE CONNOISSEUR
  • La Sentinelle
  • Orange
  • PNL
  • Y
  • Z

Tournoi de Golf : Nearest to CCIFM - Nos sponsors

  • AAMIL
  • Agileum
  • Brink's
  • Crystal Finance
  • E-golf
  • Hyundai
  • Kas Poz
  • MAST
  • MECOM
  • Orange
  • Transinvest

Nos partenaires de la Carte Privilèges

  • AC Cleaner
  • Aanari
  • Accent solution
  • Airport hotel
  • Anakao
  • Angsana
  • Bite Me
  • DHL
  • Domaine de l'Etoile
  • Green Cross
  • Habit
  • Hong Kong Wok
  • Julien R
  • L'Instant Bio
  • Lemon Yellow
  • Lux
  • Macumba
  • Mauritius Glass Gallery
  • Mikado
  • Optissimo
  • SOS Bonne Santé
  • Shayeen Beauty
  • Sofitel
  • WINE AVENUE

Chambre de Commerce et d'Industrie France Maurice
Blue Tower (ex Tour Infinity)
Rue de l'Institut
Rez-de-chaussée
Cyber Cité - Ébène
Ile Maurice
Tél : +230 466 90 30
Fax : +230 466 02 94
Email : secretariat@ccifm.mu

© 2017 CCI FRANCE MAURICE